ISCOM
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Critique littéraire du mois de Mai

Information générale

-

15/05/2018

En ce premier mois ensoleillé de l’année, je n’ai pas eu le besoin de travailler dans les transports. Alors, à travers la vitre lumineuse du RER, j’ai littéralement consumé deux livres. Voilà ce que j’en ai pensé. 


1. Call me by your name – André Aciman

Après avoir adoré sa représentation cinématographique, je me suis plongée à cœur ouvert dans l’œuvre d’André Aciman, en sachant qu’il serait davantage émotionnel. Et si j’ai été touchée par le film, je l’ai d’autant plus été par ces écrits.

En effet, si l’on ne se retrouve pas forcément dans le personnage d’Elio, brillamment interprété par Timothée Chalamet dans le film aux nombreuses nominations, ses sentiments sont aisément compréhensibles : le désir, l’amour, le dégoût, la passion… Toutes ces choses qui rythment la vie amoureuse et qui rendent chaque relation unique.

            On retrouve deux personnages en plein milieu de l’Italie, qui, alors que tout les oppose, finissent par succomber l’un à l’autre. On dit que l’on ne donne son cœur et son corps qu’une seule fois, et il s’agit de lire cette première entre le jeune homme et l’étudiant. C’est comme une course entre un chat et une souris, sans que l’on ne sache réellement qui est l’un ou l’autre. 

Par ailleurs, la narration se déroule sous l’œil impuissant d’Elio, un adolescent à la fois irréfléchi, impulsif et pourtant si mâture. Le texte, poétique, nous importe loin du ciel grisâtre de Paris.


P-S : J’aurai aimé connaître davantage le point de vue d’Oliver, ce qui aurait conféré plus de profondeur au récit.

P-S 2 : J’ai adoré la citation suivante ; « Nous ne sommes pas écrits pour un seul instrument ; je ne le suis pas, et toi non plus. »


Note : 4,25 / 5


2. Les Hauts de Hurlevent – Emilie Brontë


Pour la première fois depuis longtemps, j’ai eu envie de découvrir un classique et d’étendre ma culture littéraire un peu plus loin que les œuvres dites « contemporaines » - ou adolescentes. En l’occurrence, la lecture des Hauts de Hurlevent m’a semblé aussi fantastique que longue, aussi magnifique que frustrante. Elle m’a dérangé et oppressé ; et, quand bien même il s’agit du but du livre, ça ne m’a pas entièrement séduite.


            Pour commencer, chaque personnage m’est apparu détestable. J’ai eu beau essayé de les apprécier, cela m’a été impossible. Heathcliff, qui apparaît aux yeux de tout le monde comme un être extraordinairement unique et intéressant, m’a ennuyé. Au risque de m’attirer les fougues de tout le monde, je l’ai trouvé pathétique. Rongé par la vengeance, il a poussé sa haine bien trop loin : j’en ai été gênée. Je comprends néanmoins les lecteurs qui ont apprécié ce ressenti. On se laisse facilement entraîner dans un déroulement malsain.

            Cependant, malgré mes critiques, je dois dire que le premier et unique roman d’Emilie Brontë a réussi à me garder en haleine jusqu’à la fin. Les péripéties étaient bien trop haletantes. 

Je ne voulais d’ailleurs pas en lâcher une ligne, car j’osais espérer une fin heureuse. Cependant, je ne souhaite pas en dire plus, si ce n’est que ce livre m’a mené à une lecture éprouvante, et, contre toute attente, splendide et entraînante. 


Note : 3,5 / 5

260 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Information générale

C’est l’exemple à suivre de la semaine ….

LS

Laurine SUREAU

16 mai

Information générale

Un retour aux sources en plein Paris !!

PC

Pauline Cassier

09 mai

Information générale

La compagnie des Deux Mondes

SD

Solène De Kermadec

07 mai