ISCOM
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

#Metierdujour / Responsable communication/ Meilleurs Ouvriers de France

Portraits

-

17/07/2018

Il y a des métiers qui nous plaisent et nous permettent de découvrir de nouveaux secteurs d’activités. Les métiers de communication et publicité nous permettent d’être mobile et surpris. C’est le cas de Juliette Bébin aujourd’hui Responsable communication au sein de la Société nationale des Meilleurs Ouvriers de France. Elle nous raconte son parcours après un BTS effectué à l’ISCOM de 2009 à 2011.


Bonjour Juliette, nous sommes très curieux. Expliquez-nous votre parcours, vos stages, vos expériences qui vous ont permis d’arriver où vous êtes aujourd’hui : 

J.B: Après un bac ES, j’ai effectué 1 an en fac de droit mais je n’ai pas du tout accroché. J’étais à la recherche d’une formation courte et de concret dans mon apprentissage, mon choix s’est alors porté sur le BTS. Ce dernier, très complet et professionnalisant, m’a permis d’appréhender de nombreux cas réels.

J’ai pu découvrir l’ensemble des métiers de la communication et j’ai effectué 2 stages découverte en agence de communication 360° à Strasbourg.

DAGRE communication : En support en réponse aux appels d’offres, dont Bruxelles. J’ai eu l’opportunité de pouvoir me rendre là-bas pour déposer le dossier.

Welcome Byzance : centré sur les marchés publics. J’étais en appuis sur les évènements.

Je me suis rendue compte que le monde de l’agence ne me plaisait pas forcément et je souhaitais m’orienter du côté annonceur.

J’ai vraiment apprécié le BTS. Cela a été le plus formateur sur l’ensemble de mon cursus. Nous n’y pensons pas assez, mais c’est très complet et nous sommes directement engagés dans des cas pratiques. Nous sortons au bout de 2 ans avec une formation très large et concrète. A la sortie du Bac c’est parfait. Nous obtenons un diplôme et pouvons continuer par la suite.

Après le BTS, je ne pouvais pas continuer à l’ISCOM et je n’ai pas été acceptée en 3ème année à la fac. Ainsi, pendant 1 an, j’ai effectué un emploi de vendeuse chez Comptoir des cotonniers.

L’année suivante était la bonne, j’ai été recrutée à la fac de Nanterre en licence communication. J’ai pu valider mon Master 2 qui était en alternance. Lors de ma 3ème et 4ème année j’effectuais un job étudiant en tant qu’hôtesse d’accueil. L’entreprise avait un besoin en communication et j’ai proposé d’y effectuer mon alternance.

La société était IT Link, entreprise à taille humaine. J’ai pu évoluer sur la problématique de marque employeur. Cela est une importante question dans ce type d’entreprise. En effet, IT LINK recrute des ingénieurs pour les faire évoluer dans des entreprises. Il y a un souci d’appartenance. Les ingénieurs ne se sentent ni rattachés à l’entreprise, ni à IT Link car ne sont pas physiquement présents.

J’ai pu mettre en place des événements, séminaires et un intranet. Suite à mon alternance mon contrat a été prolongé en CDD de 9 mois. Je me suis rendue compte que les problématiques sur le long terme m’intéressaient énormément.

Pour des questions de budget ils n’ont pas pu prolonger mon contrat.

Mon objectif était alors de trouver un secteur auquel je puisse m’identifier.

La DRH m’a transféré une offre pour travailler chez les meilleurs ouvriers de France (MOF)


Racontez-nous votre nouvelle aventure chez les MOF :

J.B : Je suis arrivée en août 2016. Je connaissais le code bleu, blanc, rouge, surtout lié aux métiers de bouche. Aujourd’hui je connais les 220 métiers :) 

Nous ne sommes pas les organisateurs des concours MOF qui se déroulent tous les 3 à 4 ans mais nous sommes une association loi 1901. Ainsi, nous proposons aux MOF d’adhérer à l’association. Cela leur permet de maintenir un lien. Nous avons des délégations dans les régions et départements. Il s’y passe énormément de choses mais ils peuvent y participer seulement s’ils adhèrent. Ils peuvent exposer leurs œuvres et ainsi utiliser le logo.

Par contre, nous organisons le concours annuel des Meilleurs Apprentis de France (MAF) pour les 16 à 21 ans pour 98 métiers.

Nous sommes dans une démarche de transmissions pour faire connaître les métiers mêmes si les plus connus restent les métiers de bouches.

Nos cibles sont diverses :

  • Grand public : communiquer sur les différents métiers
  • Les jeunes en apprentissage et les meilleurs apprentis : communiquer auprès de la jeune génération sur les concours proposés
  • Les MOF : concernant leur adhésion
  • Les MAF : Le concours et sensibilisation MAF ainsi que l’organisation de la remise des médailles qui se déroule dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne. Nous devons faire le lien entre l’enseignement académique et professionnel.

Nous recevons chaque année des ministres, cela me permet d’évoluer une fois de plus vers de nouvelles compétences. L’adaptabilité un autre public, un autre langage.

De plus, aujourd’hui nous ne recevons plus de subventions publiques, ainsi nous devons trouver des partenaires privés. Nous évoluons avec une vingtaine de partenaires dont LVMH notre partenaire principal.

Ce travail me permet de rencontrer de grands noms d’entreprises et ainsi de prendre part à leurs évènements, leur communication en intégrant les MOF. C’est une véritable aubaine pour une association comme la notre ! Leur force de communication nous aide à faire découvrir nos savoir-faire au grand public.

Par exemple, lorsque vous commandez au restaurant une bouteille en verre de Badoit, vous aurez le logo MOF sur le devant de la bouteille pour mettre en avant notre partenariat.

En fonction des entreprises les sujets sont différents, c’est ainsi extrêmement enrichissant et il faut s’adapter en temps réel aux diverses cibles.

Nous sommes également en train d’entamer la refonte du site internet qui contribuera à apporter de la modernité à notre image. Une empreinte digitale est indispensable lorsque l'on s'adresse à un jeune public tel que les apprentis.


Comment est formée votre équipe en interne ? 

J.B: Nous sommes 3 :

  • Je suis seule à la communication
  • Ma collègue est responsable du concours MAF
  • Une secrétaire

Après, nous avons 3000 bénévoles sur toute la France avec des présidents de régions qui sont nos relais.

Il y a beaucoup de missions, j’avais très peur de l’ennui et des tâches répétitives, ici ce n’est pas le cas.


Ce milieu  vous était-il méconnu? 

Tout à fait, moi qui ait suivi un enseignement général, je me suis vraiment attachée à la cause et j’ai envie de le transmettre aux jeunes. Montrer qu’il n’y a pas seulement un enseignement universitaire ou école mais également des 100ène d’apprentissages et de métiers différents.

Cela a été une vraie découverte et ça me tient vraiment à cœur.



1400 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Portraits

#Metierdujour/ Attachée de Presse / Léa Villot-Sirieys

CE

Clara Errera

09 juillet

Portraits

#Metierdujour / Découvrez le métier de Director of Content par Max Poussier / NYC

User profile picture

Justine BESSON

19 juin

Portraits

#New-York- Etre Directeur Artistique Avec Alexis Rabilloud

GS

Grimaud Samina

12 juin