ISCOM
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

#Metierdujour / Découvrez le métier de Director of Content par Max Poussier / NYC

Portraits

-

19/06/2018

Nous continuons notre thématique sur nos diplômés partis à New-York. Voici aujourd’hui le témoignage de Max Poussier qui va nous expliquer en détails le comment du pourquoi de cette ville et de son parcours professionnel.

À l'ISCOM, qu'avez-vous choisi comme spécialisation ? *


J’ai passé un baccalauréat Scientifique. Peu après cela, je me suis dirigé vers une école de commerce. Je me suis très vite rendu compte que les thématiques proposées dans ces écoles ne m’intéressaient pas tellement, j’y suis resté moins de 3 mois. Après avoir complété l'année en ayant travaillé en tant que moniteur de ski dans les Alpes du sud et puis ensuite dans un label de musique sur Londres, j’ai donc voulu me concentrer sur ce qui me plaisait réellement, et qui me tenait particulièrement à coeur, la créativité. J'ai choisi l'ISCOM à Lyon où j'ai étudié pendant 4 ans option " Marketing Publicité" de 2012 à 2016 et obtenu mon master en communication. Je suis un grand passionné de photo et de vidéo, j’ai appris ce métier en parallèle des études. À l’Iscom, nous avons des stages à faire et j'ai pu les effectuer en accord avec mes passions. Un d’entre eux était un stage de vidéo dans une agence de production à Vancouver en 2014. Là j’ai pu voir un premier aspect de la production vidéo, et joignant l' utile à l' agréable, faire beaucoup de ski dans la légendaire station de ski de Whistler. J ai effectué  mon dernier stage chez Piranha ou j’ai pu voir l’ensemble des facettes de ma passion (photos, vidéo), couplé à des enjeux de campagnes et stratégies publicitaires, mix parfait entre études et passions.


 Parliez-vous déjà anglais avant de partir ou avez vous appris sur place? Okk

Avant de partir, je parlais déjà anglais, car j’avais effectué a 15ans, ma seconde aux Etats-Unis, dans le nord de l’état de NY dans une famille d'accueil. . Il m'était impossible de parler Français, ni de contacter ma famille Française de manière fréquente. C'est grâce à tous les voyages que j’ai fais dans les pays anglo-saxons que j’ai pu pratiquer et conserver mon anglais.


 Partir à New York était-il une volonté de votre part ? Aviez-vous des contacts professionnels ? 

En effet, j’avais envie de partir à New-York et d'y travailler depuis aussi longtemps que je l'ai envisagé. Après Vancouver et Londres, New-York semblait une évidence. C’est une ville qui est prisée pour les tournages de films, et la publicité. Elle est dotée d’une énergie incomparable, d’une scène artistique, théâtrale et musicale très vivante, ce qui est tout à fait en relation avec mon domaine de travail. De plus, New-York, "capitale de la publicité" reste une ville pleine d’opportunités dans mon métier.


Quelle a été votre démarche pour trouver un emploi au sein de l’agence Piranha NYC? Ok

Lorsque je suis parti pour les Etats-Unis en 2015 mon but était de trouver un stage. C’était un passage obligé avant de trouver un emplois au long terme, à cause des difficultés rencontrées dans l'obtention d’un visa. Après avoir postulé dans plusieurs agences Piranha m'a répondu positivement, je n’avais pas de contact. Par ailleurs le choix de la sélection pour leurs postes qui m’a été proposé, c’est porté sur le fait que j’avais des compétences dans la photo/vidéo en premier, avant le savoir faire scolaire, j’avais en ma possession des compétences, de réalisation, montage, prises de vue etc qui ont intéressé Piranha directement. J’avais travaillé mon portfolio énormément en dehors de l'école. 

Aujourd’hui, dans un environnement où je cumule; relations clients, stratégie, direction créative et production, je suis très satisfait de ma situation.

Aujourd’hui, quel est votre poste et quelles sont vos missions ?

Lorsque que j’ai été engagé chez Piranha, agence de communication visuelle, de design et animations basée à New-York, j’étais encore à l’ISCOM de Lyon. J’ai commencé en étant stagiaire. Après avoir obtenu mon diplôme, j’ai été engagé en tant que “Junior Creative” et cela m’a permis d’obtenir le redoutable visa de travail (O1-B) avec l’aide de mon portfolio. À la façon New-Yorkaise, rapide et directe, j’ai rapidement évolué en devenant « Director of Content ».
L’ancien Manager partait de l’agence et mon patron m’a offert l’opportunité de reprendre le poste vacant. Les missions que j’effectue sont assez variées: j’organise et met en pratique les moyens nécessaires aux besoins d’un client quand il se présente chez Piranha en mettant en oeuvre une stratégie de communication complète ou partielle ou en répondant à des besoins de productions audiovisuelles précis. Cette possibilité présente un double avantage et évite à notre clientèle d' aller chez un concurrent pour une des autres étapes, c’est ce que nous appelons à faire tout “In House”. Ainsi nous conceptualisons de larges ou plus courtes campagnes, mais aussi nous pouvons les mettre en action et les produire. Nous avons travaillé pour Ferrari, le gouvernement du Japon, Yves Saint-Laurent, We Work, AECOM, multinationale d'ingénierie, grand bâtisseur d’infrastructures ,St Giles Hotels, chaînes d’hôtels de luxe partout dans le monde. 

Depuis un peu plus d’un an, nous avons une nouveauté: celle d’effectuer de la réalité virtuelle pour de grandes marques telles que Comedy Central (chaîne de TV), et autres marques dans le Real Estate ou architecture en produisant des expériences adaptées au monde visuel de la marque.
 Grâce à ce travail, j’ai participé à un tour du globe: Australie, Malaisie, Japon, Londres, Philippines ou nos clients sont basés.
 Nous sommes internationaux et aimerions travailler et échanger avec plusieurs clients d’autres continents tel que l’Afrique et l’Europe. Avoir des partenariats avec des compagnies aériennes serait un plus et une belle opportunité pour nous.
 
 

Vos compétences acquises à l’ISCOM vous ont-elles permis d’obtenir cet emploi ?

Premièrement, c’est grâce à mon stage avec l’Iscom que j’ai pu connaître Piranha et y être stagiaire. Comme dit un peu plus haut, je suis rentré chez Piranha pour des compétences plutôt techniques, j’ai pu recouper avec les compétences apprises à l'école ( qui se sont révélées cruciales ) un peu plus tard, quand nos clients ont commencé à nous mettre face à des problématiques plus stratégiques de communication. De plus, nous apprenons beaucoup au cours de nos différentes années à l’Iscom qui incluent sans cesse des professionnels de L’Iscom, qui interviennent à l’école et des briefs mensuels et diverses. Cela nous permet d’être très vite confrontés à la réalité de l’emploi. Mais rien ne vaut les stages et la pratique de terrain. Stratégie, Briefs créatifs, production et autres deviennent des automatismes qui sont retranscris facilement dans notre quotidien. Toutes les compétences que j’ai acquises lors de mon parcours scolaire notamment en communication m’ont beaucoup apportées. Nous réalisons beaucoup de stratégie ce qui est constamment demandé par nos clients. Aujourd’hui tout cela me sont d’une facilité grâce aux cours théoriques, j’ai que j’ai eus à l’ISCOM.


Que pouvez-vous dire à un étudiant qui, après avoir fini ses études, souhaiterait se lancer dans le monde du travail, à l'étranger ?

Premièrement je lui dirais « Fais tes valises et vas-y ». Ce n’est que lorsque que nous partons que nous nous rendons pas compte des opportunités qui peuvent s’offrir à nous. Nous prenons en maturité, autonomie, ouverture d’esprit. L'apprentissage d’une nouvelle langue est un atout majeur, et surtout nous nous imprégnons de la culture et des valeurs du pays. Si tu as la possibilité de partir et bien lance toi car tu vas tellement progresser et tu apprendras aussi sur toi même.

De manière plus terre à terre, il est crucial de s'entourer de personnes et organismes spécialisés ( avocats, associations, famille proche ) pour vaincre les difficultés du visa. Je serais ravi d ailleurs de partager mon expérience si certaines personnes sont intéressées par les Etat-Unis. La Green Card par loterie est malheureusement, plus un mythe accordé à certains chanceux, que la dure réalité de décrocher un visa de travail par tous les autres moyens à disposition.



1583 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Portraits

#Metierdujour / Responsable communication/ Meilleurs Ouvriers de France

User profile picture

Justine BESSON

17 juillet

Portraits

#Metierdujour/ Attachée de Presse / Léa Villot-Sirieys

CE

Clara Errera

09 juillet

Portraits

#New-York- Etre Directeur Artistique Avec Alexis Rabilloud

GS

Grimaud Samina

12 juin