ISCOM
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

#Metierdujour/ Attachée de Presse / Léa Villot-Sirieys

Portraits

-

09/07/2018

En cette toute fin d’année, j’ai eu l’opportunité d’interviewer Léa Villot-Sirieys, attachée de presse. Nous avons discuté d’un peu tout et rien : de son travail, de son parcours, de ses passions, de l’ISCOM… Retour sur cet entretien.



C : Bonjour Léa. Vous êtes actuellement attachée de presse chez COMADEQUAT COMPAGNY, et ce, depuis dix mois maintenant. Pouvez-vous me parler un peu de votre métier ?

L.V-S : En effet, je travaille dans le groupe Comadequat, pour la société Bonne Réponse, qui est une agence spécialisée en relations presse, relations publiques et relations médias. J’y travaille depuis le 4 septembre 2017 en qualité d’attachée de presse junior. Avant de travailler ici, j’ai côtoyé l’univers du public en travaillant au service presse de la Métropole de Lyon en charge des relations médias du président de l’époque, Monsieur Gérard Collomb et je suis ensuite retournée à mes premiers amours et à la vie d’agence.

Pour résumer mon travail, je dirais qu’il s’agit avant tout de bonne humeur et de lien. Je suis ce lien entre les entreprises que je représente et la sphère médiatique. J’ai pour mission première de leur faire gagner en visibilité et en notoriété auprès d’une cible soit grand public, soit spécialisée. C’est un métier passionnant qui peut paraître quelque fois redondant mais la diversité des clients en agence nous permet de toucher à tout et d’en appendre sur de nombreux secteurs d’activité. Pour ma part, je travaille aussi bien avec des clients dis « loisirs » qu’avec de la grande distribution, des entreprises industrielles etc.


C : On donne beaucoup de qualités à l’attaché de presse, mais qu'elles sont, selon vous, les plus importantes ?

L.V-S : Selon moi, les qualités indispensables à un attaché de presse sont sans conteste le sourire et l’écoute. Je n’irais pas jusqu’à dire que nous sommes commerciaux mais nos métiers nous obligent à « vendre » nos clients quelquefois. C’est ainsi que posséder une bonne écoute et un grand sourire nous ouvre de temps en temps les portes des rédactions. Ensuite, il y a aussi l’esprit de synthèse et le métier de conseil. Mais je pense que ces deux là on les retrouve dans chaque métier.


C : Pour donner un exemple, quelle est votre journée « type » en tant qu’attachée de presse ? 

L.V-S : Ma journée type se résume à traiter mes mails le matin ainsi que la gestion des urgences, telles que des demandes d’informations que les journalistes nous soumettent. Même si nous connaissons nos dossiers, nous ne sommes pas calés sur tous les aspects et n’avons pas toujours les réponses. Nous devons donc nous rapprocher de nos clients et leur demander des compléments.

 Quand nous pouvons, nous essayons aussi de mettre en contact le journaliste et notre client car une prise de contact entre les deux est plus que positive
Une fois ces contacts engagés il est plus facile de recontacter les journalistes par la suite. Ensuite, je réalise de la veille dans les médias pour y retrouver les parutions sur mes clients, je lis énormément la presse car nous devons connaître les actualités. Nous prenons ensuite un temps dans la journée pour rédiger, des dossiers de presse, des communiqués de presse et tous outils de presse nécessaires. Ensuite, nous faisons aussi beaucoup de relances auprès de la presse lorsque nos sujets sont chauds (ouverture d’une enseigne, sortie d’un nouveau produit etc.). C’est passionnant. 



C : Est-ce que c’est un métier qui vous a toujours attiré, ou est-ce au fur et à mesure de votre parcours que s’est dessinée cette idée ?

L.V-S : Lorsque je suis arrivée en terminale, je savais que je voulais travailler dans la communication. Je pense que c’est une vocation. Comme pour chaque métier, il faut le sentir au plus profond et ne pas avoir peur aussi de se tromper. J’ai donc fait un BTS Communication en ayant l’intime conviction que je voulais être attachée de presse. Pour ne pas être trop cloisonnée dans le métier des relations presse, j’ai réalisé deux stages de 4 mois dans la communication globale. Ainsi, j’aurais pour plus tard, des bases de communication globale. Ensuite, j’ai intégré l’ISCOM en 3è année et j’ai réalisé mon stage de 4 mois à l’agence Bonne Réponse où 4 ans plus tard je suis salariée. Durant ce stage, j’ai su que je voulais exercer ce métier. En plus de cela, ma tutrice de l’époque était passionnée comme moi et elle m’a donné cette envie de faire mieux, de faire plus.

Mon métier évolue énormément avec l’avènement des réseaux sociaux et de la communication digitale. C’est un challenge pour nous de rester compétitif par rapport à ces nouveaux moyens mais c’est aussi stimulant de devoir travailler sur de nouvelles stratégies de communication.

Même si j’aime plus que tout mon métier, je sais qu’au 21è siècle, nous ne sommes pas destinés à exercer notre métier, toute notre vie. Donc je progresse dans le mien mais n’oublie jamais de prendre tout ce que je peux pour une éventuelle reconversion. Je me suis d’ailleurs découvert une passion pour le graphisme en travaillant avec le studio graphique de l’agence Comadequat.



C : Avez-vous des artistes que vous affectionnez tout particulièrement ? Que ce soit en musiciens, en peintres, en photographes…

L.V-S : Malheureusement non. À mon grand regret, je n’ai pas cette fibre artistique. J’adore plus que tout le cinéma. Mais je suis nulle en musique, en photographie et en peinture. Cela ne me dérange pas de faire des musées. Au contraire à 26 ans, j’ai la chance d’avoir assez voyagé pour me dire que j’ai fais les plus beaux musées du monde : le Louvre, le Métropolitain Museum of Art de New-York, le Prado à Madrid, le National Gallery de Londres, le Musée Van Gogh de Amsterdam.


C : Vous avez passé deux ans à l’ISCOM afin d’obtenir un MASTER 1 en relations publiques-relations de presse. Est-ce que c’est une école qui vous a plu ? 

L.V-S : J’ai apprécié y réaliser mon Master, car j’ai pu y rencontrer des gens aussi bien de ma vie personnelle que de ma vie professionnelle merveilleux. J’avais des attentes très importantes, elles ont été remplies en grande partie, mais comme tout le monde, on attend toujours plus. J’ai réalisé un BTS très enrichissant et très formateur et l’ISCOM et cela m’a permis de mettre en avant les cas pratiques.


C : C’est aussi une école où l’on peut tout particulièrement personnaliser son dossier grâce aux options et aussi (et surtout) aux stages. Du coup, où avez-vous fait votre tout premier stage ? Est-ce que c’est une expérience qui vous a plu ou est-ce qu’au contraire, ce n’était pas ce qui vous correspondait – retour ressenti par un certain nombre d’élève lors de leur premier stage ?

L.V-S : Comme déjà évoqué j’ai fait mon premier stage à l’Agence Bonne Réponse et il m’a énormément plu. J’y ai appris au côté d’une tutrice passionnée par son métier qui m’a énormément transmis. J’ai travaillé durement pour en apprendre le plus possible.

Ce qui a de bien dans mon cursus, que ce soit le BTS ou l’ISCOM ce sont les périodes de stage qui nous sont proposées. C’est très formateur d’être sur le terrain et d’être autonome. J’ai eu la chance d’avoir beaucoup d’autonomie à chaque fois et je ne m’en suis pas mal tirée.


C : Et, comme petit mot de fin, auriez-vous un conseil à donner aux étudiants de l’ISCOM en général pour leur parcours ? Ou à ceux qui désirent exercer en tant qu’attachée de presse ? 

L.V-S : Je leur dirais de ne rien lâcher. Passer du statut étudiant à celui de semi-salarié est parfois compliqué. C’est un autre rythme. Mais ça en vaut tellement la peine. Je rajouterai aussi de toujours garder contact avec ses tuteurs et ses employeurs car ils peuvent à un moment de la carrière, ouvrir des portes et donner des coups de pouce. Enfin, surtout pas hésiter à y aller au culot, à faire des rencontrer, à placer ses CV. Nous sommes réputés dans la communication, pour avoir du culot. Il faut s’en servir. Être originaux, se démarquer car la concurrence est rude mais ne jamais perdre de vue son objectif.


966 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Portraits

#Metierdujour / Responsable communication/ Meilleurs Ouvriers de France

User profile picture

Justine BESSON

17 juillet

Portraits

#Metierdujour / Découvrez le métier de Director of Content par Max Poussier / NYC

User profile picture

Justine BESSON

19 juin

Portraits

#New-York- Etre Directeur Artistique Avec Alexis Rabilloud

GS

Grimaud Samina

12 juin